• marie B

11e principe

"Nous croyons que l’esprit de l’enfant normal a toutes les capacités qui lui sont nécessaires pour traiter toutes les connaissances qui lui conviennent. Nous devons lui offrir un programme éducatif généreux, et nous assurer que toutes les connaissances qui lui sont présentées sont vivantes; à savoir que les faits ne sont jamais présentés sans leur contexte. "





Le travail de l'éducateur consiste à présenter les idées qui lui conviennent, abondamment et régulièrement.

Mais ces idées ne sont pas sèches, les faits ne sont pas présentés sans leur contexte. C'est pour ça que nous parlons d'idées « vivantes ».


Par exemple, nous ne demandons pas seulement à l'enfant de mémoriser les tables de multiplication. D'abord, nous l'aidons à comprendre comment la multiplication est une addition répétée. Nous parcourons des scénarios de tous les jours qu'il peut voir dans son esprit. Cette image mentale l'aide à comprendre l'idée de multiplication.Une fois ce principe acquis, l'enfant peut se tourner vers la mémorisation des faits.

En géographie, nous ne faisons pas apprendre à l'enfant les produits nationaux bruts ou les devises d'autres pays. Nous lui proposons des récits, des récits de voyage et des images qui lui permettent de connaître les gens qui vivent dans ces pays et à quoi ressemble leur vie dans cette partie du monde. On lui donne l'idée vivante, et les faits viennent avec l'idée. Mais nous ne lui donnons pas seulement les faits secs.

En science, on ne propose pas seulement à l'enfant des informations sur les dents et la queue des lapins. Au lieu de cela, l'enfant devrait passer du temps à observer les lapins dans leur habitat quotidien et découvrir leurs habitudes soit par l'étude sur le terrain soit par des livres vivants écrits par un naturaliste qui raconte ses expériences, au mieux par les deux.

Ces idées informatives, ces idées vivantes, sont si importantes pour l'apprentissage d'un enfant que Charlotte a fait cette remarque quelque peu surprenante :

"Ce n'est pas exagéré de dire qu'une matinée où un enfant ne reçoit aucune nouvelle idée est une matinée perdue, même si le petit étudiant a été collé à ses livres." Éducation à domicile , p. 173

Nous ne voulons pas de matinées perdues. C'est pourquoi nous utilisons des livres vivants dans une instruction inspirée par Charlotte Mason.

Tous les livres ne véhiculent pas des idées vivantes. En fait, la plupart des manuels scolaires ne le font pas.


Voici deux passages proposés par le site Simply Charlotte Mason : l'un ne transmet que les faits, comme vous pourriez le lire dans un manuel de sciences ; l'autre passage contient les mêmes faits, mais il enveloppe ces faits d'idées vivantes.

Tout d'abord, celui qui ne présente que les faits :

Même si vous habitez en ville, vous pouvez étudier la nature dans votre propre jardin. Au fil des saisons, vous verrez beaucoup de choses différentes parmi les arbres, les buissons, les pierres, les fleurs et sous le sol. Ce livre vous expliquera comment.


Ce passage a-t-il enflammé votre imagination ?

Lisons maintenant ces mêmes faits mais enveloppés dans un passage qui contient des idées vivantes :

« Beaucoup de gens semblent penser que si vous voulez étudier l'histoire naturelle, vous devez aller dans les champs et les bois. Mais il n'est pas vraiment nécessaire de faire quoi que ce soit de la sorte. Même au beau milieu d'une grande ville, si seulement vous savez vous servir de vos yeux, il y a souvent beaucoup à voir. Et si vous vivez dans une maison qui a un jardin, avec juste quelques arbres et quelques buissons, et un ou deux parterres de fleurs, et peut-être un petit bout de pelouse, il y aura à peine un jour dans toute l'année où vous ne pouvez pas voir les sites les plus intéressants, ni trouver les créatures les plus merveilleuses.

« Imaginons donc que nous fassions ensemble quatre promenades dans le jardin, la première au printemps, la seconde en été, la troisième en automne et la dernière en hiver. Nous regarderons dans les branches des arbres, et regarderons dans les fissures et les crevasses des troncs ; nous fouillerons parmi les buissons ; nous retournerons des pierres et des tas de feuilles mortes ; nous observerons les abeilles et les papillons parmi les fleurs ; nous allons même jeter un œil sous le sol et voir ce qui se passe sous la surface. Et je pense pouvoir vous promettre, que bien avant que nous ayons terminé la dernière de nos randonnées, nous découvrirons que le jardin est vraiment un endroit très fréquenté, et qu'un travail des plus merveilleux y est effectué par un très grand nombre de petits ouvriers actifs » (de Le petit naturaliste dans le jardin par le révérend Theodore Wood).


Voyez-vous la différence entre ces deux passages ? Les faits sont toujours là dans le deuxième passage. Les livres vivants contiennent des faits, mais ce ne sont pas des faits nus ; ils sont enrobés d'idées vivantes. Ce deuxième passage regorge d'idées à saisir et à méditer à votre guise. Par exemple,

  1. Beaucoup de gens ont du mal à étudier la nature en ville.

  2. Savoir utiliser ses yeux est une clé dans l'étude de la nature.

  3. Votre jardin n'a pas besoin d'être élaboré.

  4. L'étude de la nature peut se faire toute l'année. L'étude de la nature regorge de sites intéressants et de créatures merveilleuses.

  5. Une promenade dans la nature est une promenade relaxante.

  6. Endroits possibles pour regarder : dans les branches d'un arbre et dans ses fissures et crevasses ; fouiner dans les buissons; retournez les pierres et les tas de feuilles mortes; observez les abeilles et les papillons parmi les fleurs; sous la terre.

  7. Votre jardin est un endroit très fréquenté.

  8. Votre cour est un lieu d'observation des plus merveilleux.

  9. Il y a un très grand nombre de petits ouvriers actifs dans votre cour.

Le pouvoir des idées est qu'elles vous invitent à établir votre propre relation personnelle avec le matériel présenté. Vous n'y pouvez presque rien. Vos émotions sont touchées. Votre imagination se saisit des idées évoquées.

C'est le pouvoir d'une idée. Mais une idée est aussi une graine semée :

« C'est la nature même d'une idée de grandir : comme le germe végétal [ou la graine] produit sa propre nourriture, ainsi, implantez une idée dans l'esprit de l'enfant, et elle sécrétera sa propre nourriture, grandira et portera du fruit sous la forme d'une succession d'idées reliées les unes aux autres. Éducation à domicile , p. 173

Une idée vivifiante peut déclencher ses propres idées connexes. Une idée à laquelle vous vous attachez prend presque une vie propre, se connecte à d'autres idées dans votre esprit, prend de l'ampleur, explore les possibilités connexes et fait même naître d'autres idées.

Charlotte a dit : « Une idée bien mise en place est assimilée sans effort et, une fois dedans, les idées se comportent comme des créatures vivantes : elles se nourrissent, grandissent et se multiplient » ( Parents and Children , p. 77).



Une personne ne fera pas toutes ces connexions à partir d'un seul passage. Il pourrait; mais il pourrait s'accrocher à seulement deux ou trois des idées - ou juste une. C'est encore de la nourriture pour son esprit ! De même que nous étalons un festin et permettons à chaque convive de choisir ce qu'il veut manger, il en va de même avec des idées nourrissantes.

« Nous répandons un festin abondant et délicat dans les programmes et chaque petit invité assimile ce qu'il peut » ( Une philosophie de l'éducation , p. 183).

« Le devoir des parents est de soutenir la vie intérieure d'un enfant avec des idées comme ils soutiennent son corps avec de la nourriture.

Ce n'est pas notre travail de sélectionner quelles idées seront reçues. C'est notre travail d'offrir une multitude d'idées bonnes, nobles et appropriées dans le programme scolaire que nous diffusons pour nos enfants et de permettre à chaque enfant de faire siennes les idées qui le touchent. Ce n'est peut-être qu'une idée qui se niche dans le cœur et l'esprit d'un enfant, mais même une seule idée est nourrissante. Les idées nourrissent la croissance en tant que personne.

« Donnez à votre enfant une seule idée valable , et vous avez fait plus pour son éducation que si vous aviez mis sur son esprit le fardeau de boisseaux d'informations » ( Home Education , p. 174).

C'est le pouvoir d'une idée, et c'est une valeur fondamentale de Charlotte Mason.





171 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout