M is for Mama chapitre 16

Vous n'avez pas à tout faire.


Accepter de l'aide est une bonne idée



On me demande souvent si j'ai "de l'aide". Notre maison est grande, et il semble y avoir une fascination générale sur la façon dont je pourrais la garder propre (flash d'actualité : tout n'est presque jamais propre en même temps) tout en faisant l'école à domicile, les blogs, l'enseignement de cours de fitness, préparer le dîner et faire des choses de la vie générale.

Je ressens la même chose pour beaucoup de mes amis en ligne et en personne qui ont plusieurs casquettes. Je suis en admiration devant leur capacité à faire tant de choses à la fois. Mais la vérité est que je ne connais pas beaucoup de femmes qui ne sont pas assez douées pour préparer le dîner tout en répondant à un e-mail et en faisant un pansement. Le mode multitâche semble être dans notre sang. Mais ce n'est pas parce que nous sommes capables de faire plusieurs choses à la fois que nous ne sommes pas submergées, que nous ne nous sentons pas à la hauteur ou que nous laissons parfois quelques-unes de nos assiettes voler à travers la pièce et s'écraser contre le mur.


Tout faire est un mythe Il n'y a personne, je le répète, personne qui fait tout. Tout comme nous en avons parlé au début de ce livre, il n'y a pas deux bonnes mamans qui se ressemblent. Nos différents intérêts et personnalités s'accompagnent de forces et de priorités différentes. Ce qui reste constant, cependant, c'est qu'aucun de nous n'est capable de gérer toutes les catégories de tout tout le temps. Il y a tout simplement trop de catégories


Il y aura toujours un domaine (au moins) dans lequel nous pourrions nous améliorer.

Je crois que le Seigneur nous a conçus ainsi pour deux raisons :

1. Si jamais nous devions gérer avec brio chaque facette de la vie à chaque instant, nous aurions du mal à reconnaître notre besoin toujours présent de lui. Notre foi serait dans nos propres capacités, plutôt que dans Celui dont elles découlent.

2. Si nous étions tout le temps superwoman, nous pourrions ne jamais reconnaître notre besoin des autres. Aucun homme n'est une île.

Et même si je doute que beaucoup de mères se soient jamais imaginées comme une île , nous nous comportons parfois comme si nous devions être capables d'accomplir un nombre surhumain de tâches sans aucune aide.


Pourquoi penserions-nous que lorsque nous nous débattons et avons besoin d'aide, l'accepter est un acte honteux qui nous rend "moins que" de quelque manière que ce soit ? Ce sont des questions auxquelles je me suis personnellement penché pendant des années, même longtemps après que nous ayons pris la décision d'engager un voisin pour aider au nettoyage après la naissance des jumelles. Je me souviens encore du curieux mélange de soulagement mêlé de déception en moi-même. J'étais une maman en ief à la maison de cinq enfants, âgés de six ans et moins, et je ne faisais pas tout. Ou plutôt, je faisais beaucoup de choses, mais pas toutes bien. Mon linge était souvent dans un panier au bout de mon lit (ou parfois en piles désordonnées sur le sol) pendant deux semaines. Fouiller dans le panier pour trouver des sous-vêtements propres était comme une chasse au trésor quotidienne. Et pourtant, je sentais toujours comme un échec de devoir embaucher de l'aide (même si j'en avais clairement besoin).


J'ai vécu la même tension lorsque nous avons embauché ma mère pour la première fois pour aider à l'enseignement à domicile deux jours par semaine. Nos jumelles étaient dans leur phase de "changement de vêtements dix-sept fois par jour", et j'étais enceinte de notre sixième. Je me considérais ccomme une nulle de ne pas pouvoir gérer.


Aussi contre-intuitif que cela puisse paraître dans un livre sur le refus de la médiocrité d'admettre avoir besoin d'aide, la vérité est qu'insister pour tout faire soi-même produit souvent des résultats de moindre qualité que d'être prêt à reconnaître ses limites et à sous-traiter lorsque cela est possible.

Le monde nous dit d'être superwoman et en même temps qu'il faut un village pour élever un enfant.


La Bible ne nous exhorte jamais à recruter chaque ami, voisin, marraine et facteur pour relever le défi essentiel de bien instruire nos enfants. Amener autant de personnes à s'aligner de manière significative sur nos valeurs fondamentales en tant que famille chrétienne serait presque impossible. Mais la Bible ne dit pas non plus que nous devrions éviter toutes les offres d'aide. Hébreux 10 : 24-25 dit : « Considérons comment nous pouvons nous stimuler mutuellement vers l’amour et les bonnes actions, ne renonçant pas à nous rencontrer, comme certains ont l’habitude de le faire, mais nous encourageant les uns les autres".

J'espère que chacun à au moins l'aide de sa communauté chrétienne. Nous devrions nous aider les uns les autres autant que possible. C'est un cercle continu de rendre service - recevoir de l'aide, bénir - être béni.


C'est ce qui est beau quand on fait du bien aux autres. On le fait pour eux mais nous y gagnons. Je dois m'en rappeler à chaque dois que j'essaye de cacher mes difficultés. En empechant les autres de m'aider, je les prive de l'occasion de donner et d'être bénis pour leur aide.

Peut-être que vous lisez ceci et que vous pensez : "C'est très bien, Abbie. Mais je n'ai pas encore trouvé d'église à la maison, et je vis loin de ma famille. Tous mes enfants sont petits. De plus, il n'y a aucun moyen que nous puissions nous permettre d'embaucher de l'aide." Je comprends. Nous avons été dans cette situation.

Mais si vous lisez ce livre, vous avez presque certainement une merveilleuse source d'aide assise à proximité, peut-être en vous tordant les cheveux ou en tirant sur votre coude pour une collation. Parce qu'apprendre à être utile commence dès le plus jeune âge.

La culture maternelle laïque - ce que j'ai appelé la culture de la maternité médiocre - n'est pas d'accord. Les mêmes personnes dont les plumes sont ébouriffées à l'idée de "former" les enfants deviennent tout aussi déformées à l'idée de leur demander de les aider. La société moderne a adopté un point de vue étranger aux générations passées : l'idée que l'enfance exige une totale liberté de responsabilité pour la simple raison que les petits humains sont incapables d'en assumer aucune.


Toute personne réfléchie sait que plus nous avons d'enfants, plus nous avons de dégâts. À moins, bien sûr, que nous soyons prêts à travailler pour leur apprendre à être utiles. Trop souvent, nos frustrations dans ce domaine proviennent d'une forme paradoxale de paresse que j'ai été tenté d'adopter parfois. Ça ressemble un peu à ça : "Faire le ménage avec des enfants est une torture. Je pourrais le faire moi-même beaucoup plus vite. Je vais juste les mettre devant des dessins animés et régler ça." Il y a des moments, surtout avec de jeunes enfants, où c'est la seule façon de ramasser le salon avant que nos beaux-parents ne franchissent la porte, et c'est très bien. Mais quand cela devient notre mode de fonctionnement, nous avons un problème. L'excellence biblique de la maternité reconnaît que tout en permettant à mon enfant de jouer et en considérant qu'être petit est important, se dérober à ma responsabilité de leur apprendre des compétences et des attitudes qui leur seront utiles, ainsi qu'aux autres, au fur et à mesure qu'ils grandissent, c'est mal.


Avoir des enfants qui ont l'habitude d'ouvrir les portes aux autres, de débarrasser les tables après le dîner et de poser la question la plus importante : "Puis-je vous aider avec quelque chose ?" offrira des occasions de partager l'évangile. Lorsque nos enfants bénissent les membres de notre communauté avec leur prévenance et que ces personnes commentent ou posent des questions, nous pouvons toujours rendre gloire à Dieu. "Nous aimons parce qu'il nous a aimés le premier" (1 Jean 4:19), vous vous souvenez ?


Beaucoup de mains"

Il y a des années, alors que mon aîné n'avait qu'une dizaine d'années, je me retrouvais à me coucher chaque nuit dans un état d'épuisement et de découragement complet. Ma mère venait encore deux fois par semaine pour l'école, mais nous avions depuis longtemps cessé d'engager notre voisin pour nous aider à faire le ménage. Les enfants et moi faisions un travail décent pour faire les choses pendant la journée, mais à la fin, après l'école à la maison, le changement des couches et la préparation du dîner, j'étais épuisée. Et pourtant la vaisselle attendait toujours dans l'évier, et les miettes ne s'étaient pas envolées comme par magie dans la poubelle. Mon mari et les enfants étaient inconscients de ma détresse parce que nous regardions souvent une émission ensemble le soir, et même si je pouvais voir la télévision depuis la cuisine, ils me tournaient le dos pendant que je récurais les casseroles et balayais les sols.

Enfin, un soir, j'ai dit à mon mari à quel point j'avais du mal à tenir jusqu'à la fin de la journée. Et tout comme il l'a fait avec le Penny Reward System, il a répondu avec une sagesse pratique. Il a proposé que nous établissions une période de nettoyage familial nocturne. Nous distribuions les tâches d'une manière adaptée à l'âge, puis nous fixions des minuteries et nous nous mettions au travail. Et c'est ainsi que notre "routine du soir" est née. J'avais déjà mis en place un système similaire pour la matinée, mais il ne m'était jamais venu à l'esprit que "de nombreuses mains font un travail léger" serait encore plus applicable à la fin de la journée lorsque j'avais le plus besoin d'aide. Peut-être était-ce parce que je ne voulais pas que mes enfants en fassent "trop" ou parce que j'adhérais, encore une fois, à une idée irréaliste de ce que je "devrais être capable d'accomplir par moi-même". Quel que soit le blocage, notre routine nocturne a enlevé un énorme fardeau de mes épaules. Ce qui avait été une corvée d'une heure à la fin d'une journée complète est devenu une séance de nettoyage communautaire d'une demi-heure. Non seulement nous avons accompli plus avec plus de mains secourables, mais nous avons eu beaucoup plus de musique, de chant et de danse amusants pendant que nous travaillions.

Et dans le processus, nous avons transmis plusieurs choses à nos enfants :

1. Si vous contribuez au désordre, vous contribuez au nettoyage.

2. Vous êtes capable d'acquérir de nouvelles compétences et de les mettre en pratique avec excellence. (Quand mes deux aînés ont appris à plier des débarbouillettes, ils ont pleuré. Littéralement. Quand Evy et Nola ont commencé à vider le lave-vaisselle à l'âge de cinq ans, elles étaient convaincues que c'était un trop gros travail. Quand Theo a appris à ranger ses vêtements dans sa chambre, il pensait qu'il pourrait mourir sous le poids d'un travail aussi dur. Spoiler: Ils sont tous encore en vie, et aucun d'eux ne pense plus que son travail est trop compliqué.)

3. Vos contributions sont précieuses et importantes pour notre famille.

4. Aider est amusant

Apprendre à nos enfants à être utiles contient les mêmes vérités que pour les adultes. Ils sont bénis d'être une bénédiction, et bien que la plupart des opportunités pour cela commenceront dans leur propre maison, cette attitude débordera également dans la vie des autres.


Donc, pour revenir à la question qu'on me pose tout le temps - "Avez-vous de l'aide?" - oui, j'en ai. J'ai ma mère, mon mari, mes enfants, mes amis à l'église et la fille de mon voisin que j'ai embauchée pour garder mes trois plus jeunes quelques heures par semaine pendant que je terminais ce livre. Au moment où vous lisez ceci, nous avons peut-être embauché quelqu'un pour aider à nettoyer à nouveau. C'est une discussion permanente, surtout pendant les semaines où nos routines de nettoyage du matin et du soir sont perturbées et où les toilettes ont l'air sales.


Il n'y a pas de honte à recevoir de l'aide. Ce n'était pas bon pour Adam de faire son travail seul. Et ce n'est pas bon pour nous non plus. Ainsi, la prochaine fois que quelqu'un vous proposera de vous aider, répondez par un "Oui ! Merci !" Et puis proposez d'aider la prochaine personne que vous voyez dans le besoin. Vous serez étonnée de la différence que cela fait dans votre vie et la leur.



Résumé

Maternité médiocre

Etre trop fière pour demander de l'aide

Se complaire dans la défaite et le surmenage

Voir les enfants comme un obstacle à la productivité


Maternité ajustée au Christ

Etre assez humble pour admettre sa faiblesse

Se réjouir dans le cercle vertueux du service rendu

Considerer les enfants comme de vrais atouts.


Actions

Mémoriser et Méditer

Galates 6

02 Portez les fardeaux les uns des autres : ainsi vous accomplirez la loi du Christ.

Faire une liste des domaines dans lesquels vous avez besoin d'aide et de ceux dans lesquels vous pouvez en offrir.

Réfléchir à comment encourager et permettre à vos enfants d'aider réellement à la maison, même si au début c'est un peu chaotique.


Questions.

Est-ce que je me sens parfois coupable de demander ou d'accepter de l'aide ?

Concrètement comment pourrais-je porter les fardeaux des autres cette semaine ?

Comment puis-je transmettre de la valeur et de la dignité à mes enfants en les laissant me bénir avec de l'aide ?


Prière

Seigneur, tu as promis dans la lettre aux Hebreux (13.5) : Jamais je ne te lâcherai, jamais je ne t’abandonnerai.

Et pourtant nous agissons souvent comme si nous devions tout faire par nous-mêmes.

Apprends-nous à voir la joie profonde qu'il y a à proposer de l'aide et à laisser les autres nous aider.



330 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout