Principes 16-17 : la voie de la volonté

Continuons la présentation des 20 principes qui fondent l'éducation proposée par Charlotte Mason.


16. Deux guides sont offerts à l’enfant pour son autogestion morale et intellectuelle: « la voie de la volonté » et « la voie de la raison »:


17. La voie de la volonté : l’enfant devrait apprendre:

  • (a) À faire la distinction entre « je veux » et « je vais faire »

  • (b) Que la voie de la volonté efficace se trouve en détournant ses pensées de ce que nous désirons, mais ne devrions pas faire.

  • (c) Que le meilleur moyen de détourner ses pensées est de penser à quelque chose de complètement différent, d’amusant ou d’intéressant.

  • (d) Qu’après ce petit moment de « repos » sa volonté pourra reprendre son travail avec de nouvelles forces. (La diversion nous assiste en nous soulageant, pour un temps, de l’effort intellectuel nécessaire à l’accomplissement de la volonté afin de pouvoir s’y consacrer à nouveau avec une énergie renouvelée. Nous désapprouvons l’utilisation de la « suggestion » comme aide à la volonté, elle tend à abrutir et stéréotyper le caractère. Il semble que la spontanéité est une condition au développement et que la nature humaine a besoin « d’expérimenter » la défaite aussi bien que le succès.)

Apprendre à son enfant à se détourner de ses "envies illégitimes" ? A dompter sa volontés ?

Quel cadeau pour le monde, pour les familles que de préparer des adultes qui savent décider, sans se laisser guider uniquement par l'envie, ou l'absence d'envie, qui savent passer à autre chose quand c'est nécessaire sans se laisser engluer...



Le travail de la volonté est de choisir.


L'idée de l'auto-gestion consiste à apprendre à bien vous gouverner et à devenir la meilleure version possible de vous-même. Nous pouvons nous assurer que nos enfants connaissent la chimie et l'algèbre et qui a combattu qui pendant la seconde guerre mondiale et comment épeler chrysanthème , mais si nous ne leur enseignons pas comment faire des choix judicieux dans la vie de tous les jours, comment gérer leurs appétits et leurs désirs naturels ... nous n'éduquons pas toute la personne.


Nous voulons être gentils dans nos paroles et notre ton de voix. Mais les jours où il n'est pas facile d'être gentil - quand il a été difficile de choisir la gentillesse, de continuer à la choisir plusieurs fois dans la journée - plus cette lutte dure , plus il devient difficile de continuer à faire le bon choix et à faire preuve de gentillesse.

C'est alors qu'il est facile de laisser nos envies et nos appétits prendre le dessus. Plutôt que de choisir « je serai gentil », nous cédons au « Je veux me défouler ! »


Charlotte pensait qu'il s'agissait d'un concept crucial que les enfants devaient apprendre : la différence entre "je veux" et "je vais faire". Lorsque un enfant s'attarde à ses tâches ménagères, c'est parce qu'il permet au « je veux » d'annuler son « je vais faire ». Lorsqu'il fait la grasse matinée et n'est pas prêt pour commencer son travail, c'est parce qu'il permet à son « je veux » de décider au lieu de son « je vais faire ».


Cette idée fondamentale peut aider un enfant à en apprendre beaucoup sur lui-même et à commencer à grandir dans l'autogestion ou l'auto-direction.

"Grandir » est un terme important dans ce processus. La volonté est très faible chez les jeunes enfants ; ils vivent selon le "je veux" quand ils sont petits.

Il faudra beaucoup de pratique pour que leur volonté devienne suffisamment forte pour choisir "je le ferai". C'est assez rassurant de le savoir si nous avons l'impression que nos enfants n'ont pas encore acquis cette notion. Il faut du temps !


Et même alors, ils ne feront pas le bon choix à chaque fois. Nous ne le faisons pas non plus, même en tant qu'adultes avec beaucoup d'années de pratique.


Alors soyez patients et bons, mais assurez-vous également qu'ils comprennent cette idée simple mais qui change la vie qu'il y a une différence entre "je veux" et "je vais faire". Aidez-les à apprendre à faire la distinction entre les deux.


Et vous pouvez également les aider à apprendre quoi faire lorsque leur volonté est fatiguée.

Nous sommes tous passés par là : vous êtes confronté à un choix, vous savez très bien quelle décision serait la meilleure, mais en ce moment, vous ne voulez tout simplement pas faire l'effort de choisir la meilleure chose. Votre volonté est fatiguée.


Que faire alors ? Charlotte conseillerait ceci:

« Un changement d'occupation physique ou mentale est très bien, mais si aucun autre changement ne convient, pensons à autre chose, aussi insignifiant soit le sujet.

Une nouvelle cravate, ou notre prochain nouveau chapeau, un livre d'histoires que nous lisons, un ami que nous espérons voir, tout est permis tant que nous ne nous suggérons pas les pensées que nous devrions penser sur le sujet en question. La volonté ne veut pas l'appui d'arguments mais la recréation du repos, du changement, du détournement. En un temps étonnamment court il est capable de revenir à la charge et de choisir ce jour le chemin du devoir, aussi ennuyeux qu'ennuyeux, difficile ou dangereux. Cette « voie de la volonté » est un secret du pouvoir, le secret de l'auto-gouvernement » ( A Philosophy of Education , p. 136).


Les scientifiques nous disent qu'une pause de 10 ou 15 minutes est généralement suffisante pour donner à votre volonté un nouvel élan d'énergie, suffisamment d'énergie pour résister au "je veux" et faire le bon choix. Lorsque votre volonté est fatiguée, changez vos pensées. Ce principe est tellement utile pour les mamans !


Et nous pouvons aider nos enfants à apprendre à le faire. Quand ils sont jeunes, nous pouvons les guider pour qu'ils changent leurs pensées. À mesure qu'ils grandissent, nous pouvons leur faire découvrir ce «secret du pouvoir» et les encourager à l'utiliser pour eux-mêmes.


Charlotte a dit : « Il est temps que nous réalisions que fortifier la volonté est l'un des grands objectifs de l'éducation » ( A Philosophy of Education , p. 131).

L'une de nos tâches importantes consiste à aider nos enfants à apprendre comment fonctionne la volonté et à grandir en l'exerçant afin qu'elle devienne suffisamment forte pour choisir ce qui est le mieux, même lorsque c'est difficile.


Mais attention.

Si votre enfant dépend de vous pour diriger chacun de ses gestes, s'il évite de prendre des décisions pour lui-même, sa volonté s'appuie sur vous comme une béquille. Il ne fait pas l'effort de faire ses propres choix. Essayez donc de créer des opportunités pour que cet enfant fasse un choix et en ressente les conséquences. Commencez par un petit choix qui a une conséquence relativement mineure. Entraînez-le à choisir, à exercer sa volonté pour la fortifier.


Peut-il parfois faire le mauvais choix ? Absolument oui. Mais ces échecs jouent un rôle énorme dans son éducation. Et combien mieux pour lui de vivre un échec relativement petit dans l'atmosphère de sécurité et de soutien de votre maison que de sortir dans la vie sans avoir l'expérience de prendre de bonnes décisions et de potentiellement ruiner sa vie.

Dans ce processus d'éducation de votre enfant et de renforcement de sa volonté, nous, en tant que parents, sommes appelés à faire deux choses difficiles. Premièrement, nous devons résister au désir de toujours donner à nos enfants ce qu'ils veulent quand ils le veulent.

S'ils vivent continuellement dans le domaine du « je veux », ils trouveront extrêmement difficile de décider « je le ferai » lorsqu'ils seront confrontés à un choix difficile. Deuxièmement, nous devons nous armer pour permettre à nos enfants de vivre des situations difficiles lorsqu'ils font de mauvais choix. Il faut résister à la tentation de s'interposer et de s'interposer entre l'enfant et la conséquence d'un mauvais choix.

Evidemment, si la conséquence est mortelle ou physiquement dangereuse, nous devons intervenir. Mais la plupart du temps, ce n'est pas le cas ; c'est la douleur émotionnelle que nous voulons éviter. Mais lorsque nous empêchons nos enfants de subir les conséquences de leurs choix, nous les privons d'occasions précieuses d'apprendre à naviguer avec succès dans la vie. Nous les préparons pour l'échec futur plutôt que pour le succès.

Nos enfants ont besoin du guide qui façonne la vie, de la discipline, de l'échec comme de la réussite pour devenir la meilleure version d'eux-mêmes. Et tout revient à faire des choix. C'est ce que fait la volonté.


Un beau défi, tellement important pour tous les aspects de nos vies !


(article traduit et adapté depuis le site Simply Charlotte Mason)




80 vues0 commentaire