14 juillet : l'occasion d'une leçon d'histoire en famille

Victime de leçon d'histoires survolées et lacunaires, la fête du 14 juillet est souvent présentée aux enfants comme la commémoration de la prise de la Bastille, de la chute de la monarchie, de la victoire du peuple sur le Roi.... et si vous preniez le temps de redécouvrir en famille ce pan de l'histoire de France ?

En bas de page, vous trouverez un coloriage issu du parcours d'histoire Admire et fais tiennes


Source le Point.

Officiellement, la fête nationale française ne célèbre pas la prise de la Bastille du 14 juillet 1789, mais l’unité retrouvée de la France.


La genèse de la fête nationale française est parfois mal connue. Ce 14 juillet 2021 marque le 232e anniversaire de la prise de la Bastille.

Mais ce n’est que près d’un siècle plus tard que le 14 juillet a commencé à être célébré officiellement par la République, et pas en hommage à l’insurrection parisienne. En la matière, la légende a pris le pas sur la réalité historique. Ainsi, on évoque souvent la prise de la Bastille comme la fin de l’absolutisme, puisqu’une simple lettre de cachet du roi pouvait y valoir un séjour.

Mais sous Louis XVI, cette pratique était nettement moins utilisée par le pouvoir royal que sous Louis XIV, et la démolition de la prison était déjà envisagée. Le peuple révolté de Paris ne libérera que deux fous, quatre faussaires et un incestueux enfermé à sa propre demande.

La prise de la Bastille le 14 juillet 1789 était plutôt motivée par des impératifs militaires. Quelques jours auparavant, le roi a congédié Jacques Necker, le seul ministre en qui le tiers état a confiance. Le 12 juillet, Camille Desmoulins enflamme la foule au Palais-Royal. Les appels aux armes se multiplient et les Invalides sont pillés. Les émeutiers redoutent cependant que les troupes du roi interviennent. Ils ont besoin d’une place forte et surtout des munitions entreposées à la Bastille. L’assaut est donné et le gouverneur du fort finit par se rendre. Sa tête terminera au bout d’une pique. Célébrer l’unité plutôt que la révolte Dès l’année suivante, on choisit ce jour pour la fête de la Fédération. Il s’agit alors de célébrer l’unité retrouvée de la nation et de jurer fidélité au roi. On est donc bien loin de l’idée d’insurrection contre la tyrannie.

Ce n’est qu’en 1880 que la IIIe République instaure la fête nationale le 14 juillet, en référence à cette idée d’union nationale et non en hommage à la prise de la Bastille. À l’époque célébrer un soulèvement populaire sanglant contre le roi ne fait pas l’unanimité dans une France encore marquée par la Commune de 1871, et où les royalistes représentent toujours une force politique. Officiellement, c’est encore le 14 juillet 1790 qui est célébré de nos jours. Mais depuis, l’idéal révolutionnaire a pris le pas sur celui de l’unité nationale lorsqu’on évoque cette date.




Pour aller plus loin voici quelques propositions issues du parcours d'histoire proposé par AFT :


Lecture vivante :

Deux lettres de Charlotte sur cette période, proposées entre le 14 et le 20 juillet au prix de 7e les 2 au lieu de 7e l'une. ( PDF envoyés dans la journée dès que le paiement paypal ou par virement est reçu). Louis XVI et La Perouse + Mousseline la sérieuse, fille de Louis XVI et Marie-Antoinette

Album de l'Ecole des Loisirs :

Les enfants de la Révolution.

Le mètre, une invention révolutionnaire

Ecouter : https://www.francebleu.fr/emissions/ils-ont-fait-l-histoire/louis-xvi- est-guillotine Regarder : C’est pas sorcier : la Révolution française : https:// www.youtube.com/watch?v=lCev2fPDYf8



194 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout