• marie B

Principe 14 : La narration

Principe 14 : vous allez vite avoir besoin de cet outil qu'est la narration si vous vous lancez dans une pédagogie Charlotte Mason.


14. Comme la connaissance n’est pas assimilée tant qu'elle n’est pas reproduite, l’enfant devrait redire dans ses propres mots ce qu’il a lu ou entendu une seule fois. Il peut aussi écrire au sujet de ce qu’il a lu.


Chez Charlotte Mason, pas de QCM pour valider les connaissances de l'enfant mais le principe de la narration qui parait parfois obscur.


Les étudiants de Charlotte Mason devaient raconter dans leurs propres mots ce qui était lu dans le livre vivant. Le fait de redire, reformuler, permet de garder la connaissance en mémoire.


Pas de remplissage de phrases à trous ou de questionnaires à choix multiple mais des narrations utilisant un langage riche, soulignant les idées glanées au cours de la lecture et toutes les connexions mentales qu'ils ont établies entre elle et d'autres idées résidant déjà dans l'esprit des élèves.

Il faut pousser l'enfant à parler souvent de ce qu'il a vu, lu et vécu. Même sur des petites choses simples comme une promenade, une histoire lue en famille, une chanson écoutée en voiture...

Le but est de l'aider à organiser sa réflexion, d'apprendre à synthétiser ses connaissances et de l'entraîner à s'exprimer clairement.


Jusqu'à 10 ans environ, Mason préconise d'énormément insister sur cette oralité, et seulement ensuite de passer à l'expression écrite.


Pour l'écrit, on peut expliquer à l'enfant que de la même manière qu'un explorateur géographe ou botaniste à besoin de prendre des notes pour garder en mémoire les choses découvertes, il est un explorateur du savoir, et doit prendre ses propres notes pour ranger tout ça dans sa mémoire.


En racontant, en manipulant la connaissance nouvellement acquise pour la faire sienne, on l'ancre. Il ne s’agit certainement pas d’apprendre par cœur, mais de s’approprier l’information.

Il s'agit en fait de demander : "Racontes-moi ce que tu viens d’entendre, avec tes propres mots. »


Quant on a plusieurs enfants, on peut demander au plus jeune de commencer, au second de compléter etc... ou alors les interrompre et demander au suivant de prendre le relai, sans avoir dit à l'avance qui devrait raconter quoi.

Pour de belles narrations, il faut utiliser des livres vivants.


Bénéfices de la narration :

  • Elle permet de travailler les bonnes habitudes d'écoute, de concentration, de mémorisation, puisque le texte ne sera lu qu’une seule fois.

  • La narration apprend à structurer ses idées et à les exprimer à l'oral, et plus tard à l'écrit.

  • La narration prépare l’enfant à parler en public et c'est un sacré cadeau à faire à tous les timides !

  • Elle remplace les contrôles de connaissances. On sait tout de suite ce que l'enfant a retenu et compris. En la pratiquant à la fin de la leçon et au début de la suivante ou à un autre moment plus éloigné dans le temps, on vérifie à quel point le contenu est acquis.

  • c'est aussi un moment où vous écoutez pleinement l'enfant, en le regardant... ce qui est structurant et enrichissant pour lui (et vous).




Allons plus loin avec le site Simply Charlotte Mason :


L'information n'est pas la même chose que la connaissance.

« La distinction entre savoir et information est, je pense, fondamentale. L'information est l'enregistrement de faits, d'expériences, d'apparitions, etc., que ce soit dans des livres ou dans la mémoire verbale de l'individu ; la connaissance, me semble-t-il, implique le résultat de l'action volontaire et délicieuse de l'esprit sur la matière qui lui est présentée. Éducation scolaire , p. 224

Les informations ou les idées peuvent devenir des connaissances si vous engagez intentionnellement votre esprit sur le sujet d'une manière personnelle et agréable. Il n'est pas tenu à distance, gardé dans les recoins extérieurs de l'esprit jusqu'à ce que le test soit terminé, puis rejeté. Au contraire, il est invité dans la cour intérieure où vivent le jugement et l'imagination, afin qu'ils puissent interagir avec lui, puis il est incorporé ou assimilé comme faisant partie de votre propre vie de pensée. D'une certaine manière, il devient une partie de vous.

Tout comme la nourriture. Charlotte a souvent comparé nourrir l'esprit à nourrir le corps , et cela s'applique aussi à cette assimilation des connaissances :

"Encore une fois, comme nos divers organes travaillent sans notre conscience à l'assimilation de la nourriture, ainsi le jugement, l'imagination, etc., s'occupent de leur propre gré de la connaissance, afin qu'elle puisse être incorporée , ce qui n'est pas la même chose que 'se souvenir'. '" Éducation scolaire , p. 225

On se demande souvent si nos enfants se souviennent de certains faits, n'est-ce pas ? Mais une éducation Charlotte Mason est axée sur bien plus que le simple souvenir. Nous ne voulons pas que nos enfants reproduisent simplement des informations mémorisées. Nous voulons qu'ils aient une expérience personnelle avec des idées , qu'ils amènent ces idées dans les cours intérieures de leur esprit et de leur cœur, qu'ils les réfléchissent et permettent à ces idées de guider leur pensée et leurs habitudes , de façonner leur vision du monde. C'est la vraie connaissance.

La question est : comment pouvons-nous encourager nos enfants à acquérir ce genre de connaissances, celles qui ont été assimilées dans leur cœur et leur esprit ? Eh bien, voici ce que Charlotte a proposé :

"Comme la connaissance n'est pas assimilée tant qu'elle n'est pas reproduite, les enfants doivent 'dire' après une seule lecture ou écoute : ou doivent écrire sur une partie de ce qu'ils ont lu." Une philosophie de l'éducation

C'est la narration. La narration est la façon dont nous pouvons évaluer si la connaissance s'est nichée profondément et s'est assimilée , si nos enfants ont accompli ce que Charlotte a appelé "l'acte de savoir".

« Qu'est-ce que la connaissance ? quelqu'un dira, et il n'y a pas de réponse simple et bien encadrée à donner; nous ne pouvons qu'affirmer ceci : la connaissance est ce que nous savons ; et l'apprenant ne connaît que par un acte défini de savoir qu'il accomplit pour lui-même. Une philosophie de l'éducation , p. 254

Avez-vous remarqué cette phrase « qu'il interprète pour lui-même » ? Nous avons parlé de l'auto-éducation en tant que valeur fondamentale , et celle-ci en est un parfait exemple. L'acte de savoir est quelque chose que l'étudiant « accomplit pour lui-même » dans son esprit. La narration lui offre simplement l'occasion de démontrer ce qu'il a découvert en accomplissant l'acte de savoir. Exiger une narration l'encourage également à faire cet effort d'auto-éducation à chaque fois.

Ce qui est intéressant, c'est que la narration est un processus naturel, surtout avec les enfants, mais vraiment avec nous tous. Si notre attention a été captée par quelque chose, nous trouvons généralement facile de tout dire à quelqu'un. Nous raconterons à nos conjoints, ou nos enfants viendront nous raconter en détail tout ce qu'ils ont vu ou entendu. C'est la narration. Nous le faisons tous. Charlotte a simplement utilisé cette compétence naturelle à des fins éducatives, pour révéler ce qui a été assimilé par l'acte de savoir et pour aider à le cimenter dans l'esprit.

"Maintenant, cet art de raconter est l'éducation et est très enrichissant. Nous le pratiquons tous, nous repassons dans notre esprit les points d'une conversation, d'une conférence, d'un sermon, d'un article, et nous sommes ainsi faits que nous ne pouvons retenir que les idées et les arguments que nous repassons. La lecture ou l'écoute décousue est divertissante et rafraîchissante, mais n'est éducative qu'ici et là car notre attention est fortement arrêtée. De plus, non seulement nous retenons mais réalisons, comprenons, ce que nous traversons ainsi. Chaque incident se détache, chaque phrase acquiert une force nouvelle, chaque maillon de l'argument est rivé, en effet nous avons accompli L'ACTE DE SAVOIR , et ce que nous avons lu, ou entendu, devient une partie de nous-mêmes, il est assimilé après le rejet en bonne et due forme des déchets. Une philosophie de l'éducation , p. 292

Comme je l'ai déjà mentionné, une partie de cet acte de connaissance consiste à porter un jugement sur ce qui a été lu ou entendu. Toutes les idées qui ne méritent pas d'être assimilées sont rejetées. Beaucoup de travail mental a lieu dans cette cour intérieure de nos esprits. Charlotte a mentionné,

« Tous les actes de généralisation, d'analyse, de comparaison, de jugement, etc., l'esprit les accomplit pour lui-même dans l'acte de connaître. Si nous en doutons, nous n'avons qu'à essayer l'effet de nous endormir en racontant silencieusement et soigneusement, disons, un chapitre de Jane Austen ou un chapitre de la Bible, lu une fois avant d'aller nous coucher. Le degré de perspicacité, la visualisation, qui accompagne ce type d'exercice mental est surprenant. Une philosophie de l'éducation , p. 304

Essayez-le vous-même ce soir. Lisez un chapitre d'un roman ou un chapitre de la Bible avant de vous coucher. Vous ne pouvez le lire qu'une seule fois, alors concentrez votre attention. Fermez ensuite le livre, allongez-vous et essayez de raconter silencieusement et attentivement ce que vous venez de lire. Vous découvrirez à quel point vous avez accompli l'acte de savoir, à quel point vous avez assimilé la connaissance et en avez fait votre possession. Vous serez peut-être surpris de voir à quel point votre imagination et d'autres capacités mentales sont impliquées dans cet exercice apparemment simple de « raconter ».

Et il en va de même pour vos élèves. En effet, en écoutant la narration d'un élève, vous pourrez dire si votre enfant a accompli l'acte de connaître et d'assimiler des connaissances ou s'il vient de capter une petite information qu'il lâchera bientôt. Comment? Voici l'essai :

« Peut-être que la principale fonction d'un enseignant est de distinguer l'information de la connaissance dans les acquisitions de ses élèves. Parce que la connaissance est le pouvoir, l'enfant qui a la connaissance fera certainement preuve de pouvoir en la traitant. Il refondra, condensera, illustrera ou racontera avec vivacité et liberté dans l'agencement de ses mots. L'enfant qui n'a obtenu que des informations écrira et parlera dans les phrases stéréotypées de son manuel, ou mutilera dans ses notes les paroles de son professeur. Éducation scolaire , p. 225

Votre élève raconte-t-il avec vivacité, reprenant dans ses propres mots, condensant parfois et illustrant parfois ce qu'il a lu ou entendu ? Si oui, il a acquis des connaissances personnelles. Si, d'un autre côté, il répète simplement des phrases du livre ou même utilise les termes du livre de manière mélangée, vous pouvez être sûr qu'il n'a pas accompli l'acte de savoir. Il tient simplement une information à distance, la gardant dans les cercles extérieurs de son esprit jusqu'à ce que le test soit terminé et qu'il puisse l'ignorer.

Connaissances. C'est une chose personnelle, puissante, qui façonne la vie.

Nous ne pouvons pas forcer nos enfants à acquérir des connaissances, mais nous pouvons certainement les encourager à le faire. Comment? En offrant de nombreuses occasions d'apprendre sur une grande variété de sujets, en utilisant des livres de style littéraire et en nécessitant des narrations.




18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout