• marie B

12e principe



11. Nous croyons que l’esprit de l’enfant normal a toutes les capacités qui lui sont nécessaires pour traiter toutes les connaissances qui lui conviennent. Nous devons lui offrir un programme éducatif généreux, et nous assurer que toutes les connaissances qui lui sont présentées sont vivantes; à savoir que les faits ne sont jamais présentés sans leur contexte. De cette croyance vient le principe que:


12. « L’éducation est la science des relations », c’est-à-dire que l’enfant a des relations naturelles avec un grand nombre de choses et d’idées. Nous le formons donc à l’aide d’exercices physiques, d'étude de la nature, de travaux manuels et autres artisanats, de science, d’art et de nombreux livres vivants, car nous savons que notre responsabilité n’est pas de tout lui apprendre sur tout, mais de l’aider à valider, autant que faire se peut « les affinités innées qui modèlent notre nouvelle existence aux choses existantes. »


Il y a une grande différence entre reconnaître un nom et avoir une relation personnelle avec la personne. Vous pourriez mémoriser les noms des douze apôtres et réciter la liste : Simon Pierre, André, Jacques et Jean, Philippe, Barthélemy, Thomas, Matthieu, Jacques, Thaddée, Simon et Judas. Vous pourriez même mémoriser les orthographes correctes et rédiger la liste, mais Charlotte Mason dirait que ce n'est pas de l'éducation. Lorsque vous lisez les évangiles, les histoires de ces hommes, et que vous apprenez à les connaître comme de vraies personnes avec des émotions, des luttes, des compétences et des personnalités, lorsque vous établissez une relation personnelle avec eux, c'est de l'éducation.


Vous souvenez-vous de la toute première fois où vous avez entendu parler de Charlotte Mason ? C'était juste un nom. Mais plus vous avez passé du temps à connaître ses idées et ses méthodes, plus vous avez noué une relation personnelle avec cette femme. Et maintenant, quand quelqu'un dit « Charlotte Mason », vous faites bien plus que reconnaître les mots ; vous avez acquis des connaissances qui vous appartiennent. Vous avez une relation personnelle.


C'est la même chose pour connaître un terme et avoir une relation personnelle avec l'idée derrière le terme. Vous pourrez peut-être écrire la définition de « migration » sur un test, mais Charlotte soutiendra que vous ne possédez pas vraiment cette connaissance tant que vous n'avez pas remarqué par vous-même que les oiseaux migrateurs ne viennent qu'à certaines périodes de l'année, que vous n'aurez pas vu le vol des oies sauvages en forme de V au-dessus de votre tête.

Nous sommes tous nés avec ce désir inné d'acquérir cette connaissance personnelle. Vous rencontrez rarement un enfant qui veut simplement s'asseoir sur une chaise et mémoriser des mots toute la journée. Non! Cet enfant bouge, regarde, écoute, utilise tous ses sens, explore tout ce qui l'entoure, pose des questions sur tout ce qui l'entoure. Pourquoi? Il veut établir une relation personnelle avec tout ce qui l'entoure.

Et Charlotte Mason a voulu nous faire comprendre que ce désir intrinsèque de relations personnelles est la clé de l'éducation. Elle a dit:

« L'éducation est la science des relations » ; c'est-à-dire qu'un enfant a des relations naturelles avec un grand nombre de choses et de pensées : ....notre travail n'est pas de lui apprendre tout sur n'importe quoi, mais de l'aider à valider autant qu'il peut y en avoir ces affinités premières... Une philosophie de l' éducation , p. xxx

Nous donnons donc à l'enfant l'occasion de faire l'expérience du mouvement physique : nager, courir, sauter, lancer, attraper et danser. Nous lui donnons beaucoup de temps dans la nature pour l'observer de près et personnellement. Nous lui faisons expérimenter le travail du fil, du bois, du tissu et d'autres matériaux dans l'artisanat. Il ne se contente pas de lire à propos de ces choses ou de regarder une vidéo à leur sujet ; il les explore par lui-même avec vos conseils. La même chose pour les concepts scientifiques et les concepts mathématiques et l'art et la musique.

Un enfant doit être élevé pour avoir des relations avec la terre et l'eau, doit courir et monter, nager et patiner, soulever et porter ; doit connaître la texture et travailler la matière ; devrait connaître par son nom, et où et comment ils vivent en tout cas, les choses de la terre autour de lui, ses oiseaux et ses bêtes et ses reptiles, ses herbes et ses arbres ; doit être en contact avec la littérature, l'art et la pensée du passé et du présent. Je ne veux pas dire qu'il doit savoir toutes ces choses ; mais il devrait sentir, en le lisant dans les journaux, le frisson qui agita les paysans crétois lorsque les fresques du palais du roi Minos furent dévoilées au labeur de leurs piques. Éducation à domicile , p. 161

Comment donner à votre enfant une expérience de première main semblable à celle d'une découverte archéologique ? Vous ne pouvez pas voyager dans le temps pour développer une relation personnelle avec le roi Minos.

C'est là qu'interviennent les livres vivants. Rappelez-vous, Charlotte a dit, "nous l'entraînons sur les exercices physiques, les traditions de la nature, l'artisanat, la science et l'art, et sur de nombreux livres vivants ." Les livres vivants offrent la meilleure chose à côté d'une expérience de première main. Si un livre est vraiment vivant, il aidera l'enfant à développer une relation personnelle avec un roi Minos ou Albert Einstein ou toute autre personne dans l'histoire. Et pas seulement dans l'histoire. Les livres vivants peuvent également offrir des relations personnelles en géographie, dans la Bible et en science. Toute personne, tout lieu ou toute idée que votre enfant ne peut pas expérimenter en personne peut toujours être vécue de manière personnelle à travers un livre vivant.


Nous n'utilisons pas de livres vivants simplement parce qu'ils sont amusants. Nous n'utilisons pas de livres vivants parce qu'ils sont plus faciles à lire ou plus agréables que les manuels. Nous n'utilisons pas de livres vivants simplement parce que tout le monde aime une histoire. Non, la raison pour laquelle nous utilisons des livres vivants est qu'ils offrent l'opportunité à l'étudiant de nouer une relation personnelle. Ils vous permettent de passer du temps à apprendre à connaître cette personne, cet animal ou cet endroit par vous-même.

Les livres vivants offrent une expérience qui encourage une relation personnelle, et les relations personnelles sont le lieu où la véritable éducation se produit. Charlotte a dit,

« Plus un enfant établit de relations au sein de chacun des groupes dans lesquels nous divisons le travail scolaire, plus la vie de cet enfant sera complète et heureuse » ( L'histoire de Charlotte Mason , p. 101).



1. Ce n'est pas votre travail d'éducateur de créer les connexions.


Pensez-y de cette façon : plus vous avez d'amis, plus vous découvrirez probablement que certains d'entre eux se connaissent. Vous voyez, il y a des relations entre vous et un ami, plus il y a des relations entre cet ami et d'autres personnes. Et plus vous connaissez de personnes, plus vous avez de chances de découvrir des relations entre elles.

C'est la même chose avec l'éducation de votre enfant. Plus il établit de relations avec les choses, les pensées et les personnes passées et présentes, plus il est probable qu'il découvrira des relations entre elles. C'est bon! Laissez-le expérimenter par lui-même cette joie de la découverte.

Laissez-le faire ces relations pour lui-même. Les connaissances s'ancreront et deviendront sa propre possession s'il relie lui-même les idées, au fur et à mesure qu'il les remarque.


2. Ce n'est pas votre travail d'enseigner à votre enfant tout sur quoi que ce soit.


Votre travail en tant qu'enseignant est d'être le guide de votre enfant dans le monde des livres vivants et des expériences du monde qui l'entoure.


Votre travail consiste à vous assurer que vous incluez dans votre horaire d'école à la maison ou dans vos temps en famille des opportunités pour que votre enfant observe la nature, travaille avec de l'artisanat, regarde des oeuvres d'art, écoute de la musique, lise de la littérature, découvre des concepts mathématiques et des concepts scientifiques, bouge son corps et rencontre des personnes, des lieux et des pensées, à la fois passées et présentes, à travers des livres vivants. C'est votre travail.

Et la bonne nouvelle est que même de petits efforts dans ce domaine produiront de grandes récompenses.

Essayons, même imparfaitement, de faire de l'éducation une science des relations, c'est-à-dire essayons dans telle ou telle matière de faire travailler les enfants sur des idées vivantes. Dans ce domaine, les petits efforts sont récompensés par de grandes récompenses, et nous percevons que l'éducation que nous donnons dépasse tout ce que nous avons voulu ou imaginé. Éducation scolaire , p. 163

L'éducation est la science des relations. C'est une valeur fondamentale de Charlotte Mason.






111 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout