M is for Mama chapitre 10

Former nos enfants dans la voie qu'ils devraient suivre


QUATRE PRINCIPES POUR INSTALLER DE BONNES HABITUDES


Dans les deux derniers chapitres, nous avons parlé de moyens pratiques pour nous entraîner à approfondir notre amour pour la Parole de Dieu, à discipliner nos esprits et nos corps pour faire les choses difficiles (que nous en ayons envie ou non), à poursuivre un discours doux et être cohérent en se tournant vers le Seigneur pour obtenir force et aide, autant de bonnes choses !


Mais qu'est-ce que ces méthodes de formation de notre propre caractère ont à voir concrètement avec un enfant de treize mois qui se réveille quatre fois par nuit ? Ou un enfant de cinq ans qui parle ? Ou un geignard de deux ans ? Ou un gamin de quinze ans angoissé ?


Beaucoup, en fait.

Et en quoi la formation biblique des enfants diffère-t-elle de la perspective mondaine de l'éducation des enfants qui conduit, trop souvent, sur la voie d'une maternité médiocre ? Beaucoup, en fait.

La « formation/ l'entrainement » est souvent considérée comme un gros mot dans les cercles laïcs de parents.

Après tout, nos enfants ne sont pas des chiens. Ce sont des êtres humains avec des besoins complexes, des émotions et des nuances. J'ai souvent entendu ceux qui s'opposent à l'idée d'éduquer les enfants dire des choses comme ""Je n'apprends pas tant à mes enfants que j'ai à apprendre d'eux"...

Je ne sais pas exactement ce que je suis censée apprendre de mon enfant de deux ans qui se roule sur le sol sale de l'épicerie, à part le fait qu'il est un pécheur et- compte tenu de la façon dont je peux être irritée par ce comportement - moi aussi.

Mais j'espère certainement que je lui apprends quelque chose sur la façon dont nous réagissons à nos tendances pécheresses. Parce que même si je conviens que (a) les enfants sont des êtres émotionnels et spirituels complexes pour lesquels l'entraînement devrait être très différent de celui des animaux et que (b) nous pouvons apprendre beaucoup de leurs meilleures qualités, je mentirais si je disais que je crois sincèrement qu'une abdication de nos rôles de formation de nos enfants est aussi une abdication de l'excellence dans la maternité.

Tout comme une gymnaste olympique ne renoncerait jamais à un cours d'entraînement rigoureux si elle voulait gagner l'or, nous serions myopes en tant que parents de choisir la voie apparemment facile de la parentalité passive si nous désirons « avancer vers l'objectif pour gagner le prix pour que Dieu (nous) a appelés au ciel en Jésus-Christ" (Philippiens 3:14). Car ce qui apparaît comme le choix le plus facile à court terme se révèle au final très difficile... Non seulement cela, mais la Bible nous en demande plus, c'est pourquoi il est si important d'investir d'abord dans notre propre formation. Si nous ne nous sommes pas d'abord entraînés à persévérer dans les difficultés lorsque cela est nécessaire, comment pouvons-nous nous attendre à ce que nos enfants affrontent avec sérénité leurs problèmes ? Si nous n'avons pas d'abord façonné notre dépendance à Christ jour après jour, comment pouvons-nous encourager nos enfants à se tourner vers le Christ en cas de besoin ? Si nous n'avons pas lu nos Bibles, comment pouvons-nous même savoir ce que l'Ecriture a à dire sur nos responsabilités envers notre progéniture, et encore moins imaginer qu'ils voudront eux en savoir plus par eux-mêmes?

Nous ne pouvons pas sauver nos enfants, ni garantir leur droiture. Seule le Saint Esprit le peut.

Ce que nous pouvons faire c'est établir des bases de justices qui les maintiendront droits quand ils grandiront.

L'un des principaux moyens pour y parvenir est de leur apprendre à "agir avec justice, à aimer la miséricorde et à marcher humblement" Michée 6,8.

Un enfant de deux ans n'a pas de notion de justice. cela lui parait juste de prendre le jouet de son petit frère car il en a envie, mais pas que sa grande soeur lui prenne le sien pour la même raison.

Il ne fait pas le lien, car il est pécheur, égoiste... un adorable égoiste capable de gros calins mais un un pécheur quand meme.


Et sa version de la "justice" sera toujours faussée en sa faveur. C'est ainsi que nous sommes câblés en tant que pécheurs, petits ou grands. Ce qui signifie que c'est notre travail en tant que mamans de prêcher la vérité, non seulement à nous-mêmes mais à nos deux ans, nos vingt-six ans et à tous les âges intermédiaires (et au-delà). Indépendamment de nos personnalités, qu'elles soient audacieuses et conflictuelles ou pacifiques et douces, nous, les mamans, sommes des diseuses de vérité. Nous devons l'être. Ou nous n'aurons pas réussi à remplir l'un des principaux mandats bibliques concernant les lois de Dieu qui nous sont donnés dans Deutéronome 6:

04 Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’Unique.

05 Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.

06 Ces paroles que je te donne aujourd’hui resteront dans ton cœur.

07 Tu les rediras à tes fils, tu les répéteras sans cesse, à la maison ou en voyage, que tu sois couché ou que tu sois levé ;


C'est pourquoi j'ai insisté si fortement sur notre besoin non seulement de connaître la Parole de Dieu, mais aussi de l'intérioriser d'une manière qui la rende vivante pour nos enfants dans diverses circonstances.


Super, mais comment faire ? Confession : Quand j'ai lu cette partie de ce chapitre, mon mari a dit : « J'aime ça ! Mais j'ai le sentiment que la plupart des femmes chrétiennes vont le lire et penser : « Ok ! Mais à quoi cela ressemble-t-il concrètement ?" J'ai le même sentiment à chaque fois que quelqu'un répond à une question très pragmatique avec une réponse apparemment théorique.

"Oui, c'est bien. Mais pourriez-vous sois plus précis?"

Je peux. Et je le ferai.


Mais je veux d'abord transmettre quelque chose de fondamental ici, que je vais essayer de faire avec un vieux proverbe plutôt rebattu que vous avez peut-être déjà entendu une ou deux fois : "Donnez un poisson à un homme, et vous le nourrissez pendant un jour. Apprenez à un homme pêcher, et vous le nourrissez toute sa vie." C'est mon objectif.


Ma première question pour vous est la suivante : voulez-vous simplement que votre tout-petit arrête (peu importe quoi) maintenant afin que vous obteniez un soulagement temporaire et un retour à la raison ? Ou voulez-vous commencer à lui inculquer des préceptes bibliques qui l'aideront à désirer la justice et à entretenir une relation authentique avec le Seigneur à l'avenir ? Les deux ne s'excluent pas mutuellement, et je vais m'opposer à la suggestion de qui que ce soit selon laquelle le simple fait de parler du fond du problème suffira à produire un changement de comportement cohérent et durable. Parce que les actions sont tellement, tellement importantes. En fait, souvent, si nous n'entraînons pas le comportement, nous ne pourrons pas atteindre le cœur de nos enfants pour planter ces graines profondes de vérité (parce qu'un enfant de six ans qui ne sait pas écouter peut ne jamais intérioriser la bonté biblique que nous transmettons lors des dévotions familiales). Nous apprenons à nos enfants à aimer la droiture, la justice et la miséricorde en leur montrant à quoi cela ressemble pratiquement.

Jésus n'a pas simplement dit à ses disciples de méditer sur sa mort et ses souffrances afin de commémorer son sacrifice sur la croix. Il ne les a pas exhortés à le ressentir dans leur cœur. Au lieu de cela, il leur a donné des étapes d'action spécifiques : Buvez cette coupe et mangez ce pain en souvenir de moi. Pourquoi? "Car toutes les fois que vous mangerez ce pain et que vous boirez cette coupe, vous proclamerez la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne" (1 Corinthiens 11:26).

Si nous nous contentons de mémoriser des versets avec nos enfants mais ne les mettons jamais en pratique parce que nous sommes convaincus que la rétention par cœur des Écritures suffira à produire l'obéissance et la gentillesse, nous serons profondément déçus lorsque nous nous rendrons compte que notre enfant de dix ans peut réciter les fruits du chapitre et du verset de l'Esprit, mais n'a pas assez de maîtrise de soi pour s'empêcher de dire toutes les choses typiquement préadolescentes qui lui viennent à l'esprit.


C'est comme le dit Jacques 1:22-24 : "Ne vous contentez pas d'écouter la parole, et ainsi vous trompez-vous. Faites ce qu'elle dit. Quiconque écoute la parole mais ne fait pas ce qu'elle dit est comme quelqu'un qui regarde son visage dans un miroir et, après s'être regardé, s'en va et oublie immédiatement à quoi il ressemble." Oui, la Parole a le pouvoir de transformer, mais seulement si nous obéissons à ce qu'elle dit. Bien sûr, nous manquons également la cible si nous apprenons à nos enfants à parler poliment pour "être gentils".


Personne n'a d'enfants parce qu'ils sont faciles

Il y a des années, à l'école biblique de vacances, quelqu'un m'a dit : « J'aurais plus d'enfants si les miens se comportaient aussi bien que les vôtres..."

Mes enfants sont adorables et capables d'une grande gentillesse, mais ils sont surtout des enfants. Ils sont bien équipés pour me rendre dingue et les uns les autres avec leur propension à laisser des chaussettes dans des coins aléatoires, à chanter intentionnellement et à voix haute les mauvaises paroles à plusieurs reprises pour faire monter les frères et sœurs, à verser du jus de raisin sur le tapis du salon et se battre sur la tête avec des épées en mousse.


Leur serviabilité et leur souplesse - lorsqu'elles se manifestaient - étaient le résultat d'années d'investissement dans la prière, la discipline et la formation. Je ne dis pas cela pour dire que je peux produire la vraie bonté chez mes enfants. Comme le dit 1 Corinthiens 3:6-8


6 Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé ; mais c’est Dieu qui donnait la croissance.

07 Donc celui qui plante n’est pas important, ni celui qui arrose ; seul importe celui qui donne la croissance : Dieu.

08 Celui qui plante et celui qui arrose ne font qu’un, mais chacun recevra son propre salaire suivant la peine qu’il se sera donnée.


Je crois vraiment que mon objectif le plus grand et le plus sacré en tant que mère est de diriger mes enfants vers Jésus - de les former dans ses voies. Mais je ne peux revendiquer aucun mérite pour avoir réussi à les garder dans ses voies. C'est l'oeuvre de Dieu.



Quatre principes fondamentaux de la formation des enfants


Les valeurs fondamentales de la formation des enfants auxquelles mon mari et moi adhérons, peu importe la personnalité ou le scénario, sont les suivantes :

la communication

la cohérence

la discipline

le suivi - la constance


Cela semble si basique en principe. Mais, mon Dieu, comme cela peut être difficile dans la pratique !

Par exemple quand mes jumelles se changeaient 1000 fois par jour et laissaient trainer leurs habits partout. Parfois j'avais l'impression que je passais mon temps à les ramasser, et je ne le voulais pas.

Qu'ai-je fait ? je me suis appliquée ces 4 points.

D'abord j'ai dit à mes filles ce que j'attendais d'elles.

C'est énorme et pourtant si basique que nous l'oublions souvent.


Ensuite, si elles n'obeissaient pas il y aurait des conséquences. et je m'y suis tenue chaque jour.

Cela nécessite de la discipline de ma part d'etre cohérente dans la communication de mes attentes.

Et je dois avoir la volonté de punir de façon appropriée quand elles désobéissaient.

Enfin, je devais tenir bon.


Trop souvent, le suivi en temps opportun est le point de formation auquel notre volonté échoue. Nous pouvons constamment dire à nos enfants ce que nous attendons d'eux et discuter de la discipline, mais lorsqu'il s'agit de faire réellement ce que nous disons que nous allons faire, nous nous essoufflons. Pourquoi? Parce que le suivi est souvent encore plus gênant pour nous que pour nos enfants. (Avez-vous déjà utilisé la phrase "Ce serait tellement plus facile de le faire moi-même?" Ouais, moi aussi.) Surtout le genre de suivi qui nous oblige à arrêter immédiatement toute chose importante que nous faisons actuellement et à nous engager pleinement avec la situation actuelle. C'est souvent tellement plus facile de laisser tomber et d'espérer qu'ils ont oublié les conséquences promises.


Refléter le caractère fidèle de Dieu à nos enfants


Je peux presque vous entendre dire : « Mais qu'en est-il de la grâce, Abbie ?

La grâce est importante. Nous avons de multiples occasions d'offrir à nos enfants la grâce d'une réponse moins stricte que promise.

Mais si nous faisons de ces « ok pour cette fois" la règle plutôt que l'exception, nous communiquons quelque chose d'inquiétant à nos enfants, quelque chose qui défait en grande partie toute autre cohérence ou discipline que nous avons tant travaillé à établir : l'idée que nous ne pensons pas vraiment ce que nous disons.

Et lorsque nous ne tenons pas nos promesses (qu'il s'agisse de discipline ou de récompense), nous communiquons par inadvertance à nos enfants que leur Père céleste n'honorera pas non plus la sienne. Parce que c'est la vérité ultime sur la formation : Nous avons reçu le privilège de "former nos enfants dans la voie qu'ils doivent suivre" comme un reflet de l'attention, de l'effort et de l'amour que Dieu investit en nous.

Céder quand c'est difficile ou gênant est une représentation inexacte de l'engagement de notre Père envers notre sainteté. Plus nous nous entraînons à donner la priorité à la cohérence et au suivi, mieux nous reflétons son caractère fidèle pour nos enfants.



Résumé

MATERNITÉ MÉDIOCRE

Adopter une approche "dirigée par l'enfant"

Redouter la répétition des entraînements

Éviter le suivi lorsque c'est désagréable ou gênant


MATERNITÉ AJUSTEE AU CHRIST

Accepter le rôle de parent et de leader

Choisir la cohérence comme un acte d'adoration/ prière

Tenir jusqu'au bout, même quand c'est difficile

ACTIONS

• Mémorisez et méditez sur Hébreux 12:11


11 Quand on vient de recevoir une leçon, on n’éprouve pas de la joie mais plutôt de la tristesse. Mais plus tard, quand on s’est repris grâce à la leçon, celle-ci produit un fruit de paix et de justice.


Choisissez trois choses qui vous aideront pratiquement à rester cohérent dans la formation de vos enfants. (Mes favoris sont les alarmes pour me rappeler de faire quelque chose, les minuteries pour rester sur la bonne voie et les préparations simples comme ranger les chaussures et les collations avant de quitter la maison.)


Placez des affirmations scripturaires sur les avantages de la formation dans votre maison comme motivation pour continuer.


Questions

De quelles manières suis-je en train d'embrasser ma position donnée par Dieu en tant que "maman" plutôt que "meilleur ami ?" En quoi ne le suis-je pas ?

Qu'est-ce qui m'empêche d'être cohérent ou de suivre jusqu'au bout ? Comment puis-je modifier ces choses?

Est-ce que je crois vraiment que la formation de mes enfants dans la voie qu'ils doivent suivre fera une différence significative dans leur vie ? Si oui, comment est-ce que j'en donne l'exemple ?



Prière

Seigneur, tu ne nous abandonnes jamais, peu importe à quel point nous sommes têtus ou intraitables. Et nous savons que tu nous aimes parce que tu nous discipline (Hébreux 12 :6). Aide-nous à suivre ton exemple en aimant suffisamment nos enfants pour les former à tes manières.





551 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout