M is for Mama chapitre 12

Camp d'entrainement parental

Corriger les grosses mauvaises habitudes, petite bouchée par petite bouchée.


Une fois que l'on devient parent, il y a des phases qui semblent infiniment difficile jusqu'à ce qu'on finisse par en sortir.

C'est complètement normal de ne pas aimer une période quand elle est incroyablement difficile. Je ne pense pas que le "soyez toujours joyeux" (Philippiens 4.4) veuille dire "kiffez toujours". Je ne pense pas que Jésus ait trouvé drôle de porter sa croix, ni que ne soyons censées prendre du plaisir avec nos propres croix.


Savoir que cela va passer est important, mais c'est à double tranchant.

Savoir que tout passe est un baume pour les parents qui ploient sous le poids des couches sales, mais c'est aussi un rappel du peu de temps dont nous disposons pour instruire nos enfants et nous réjouir en découvrant ce que Dieu a prévu pour eux.


Je ne veux pas passer mon temps à espérer la fin d'une mauvaise période parce que je ne veux pas louper quoi que ce soit de ce que le Seigneur veut m'apprendre, ou apprendre à mes enfants. Mais je ne veux pas non plus me sentir victime de la situation, car nous nous retrouvons parfois confrontés à un comportement qui est plus une mauvaise habitude installée qu'un passage "obligé" dans le développement de l'enfant.


Si le Seigneur utilise nos lacunes parentales et les choix pécamineux de nos enfants pour nous façonner, il nous donne aussi la capacité et la responsabilité d'affronter les scénarios difficiles avec courage et determination.

Meme si c'est dans la nature humaine de tester les limites (exemple d'un enfant qui refuse de manger ce qu'on lui propose), il n'y a aucune garantie qu'une étape de rebellion n'engendrera pas d'avantage de rebellion si elle n'est pas traitée.

et pour les mamans le problème est rarement un manque d'envie de régler la situation, mais plutôt le sentiment de ne pas savoir où commencer.


Si cela vous parle, il est peut etre temps de passer à ce que j'appelle le camp d'entrainement parental qui consiste simplement à décomposer les tâches parentales difficiles en tous petits objectifs gérables. J'utilise cette façon de faire depuis une dizaine d'année.



Le camp d'entraînement parental est (généralement) faible en effort physique mais costaud en persévérance mentale.


Chaque fois que nous nous trouvons face à un dilemme parental qui semble accablant, mon mari et moi avons une conversation sur ce que nous devons faire.

Premièrement, nous reconnaissons que nous avons été laxistes dans un domaine particulier. Ou peut-être que le problème est apparemment sorti de nulle part, et nous voulons y remédier avant que les choses ne deviennent vraiment collantes.

Quoi qu'il en soit, notre approche est la même : nous nous asseyons et, dans la prière, nous établissons plusieurs étapes simples que nous appliquerons de manière répétitive pour résoudre le problème pendant une semaine.


Une semaine d'efforts concentrés dans un domaine.

Cela semble si simple et ça l'est, mais selon l'enracinement du comportement auquel nous sommes confrontés, ce n'est toujours pas facile. Ce n'est pas non plus une pilule magique, à taille unique, qui fonctionne pour tous les scénarios. (Exemple : nous avons travaillé avec l'un de nos enfants sur son habitude de sucer son pouce pendant des mois avant de trouver une solution.) Mais c'est un outil parental utile à avoir dans votre répertoire.


Une semaine pour plus de paix


Peut-être que votre enfant de deux ans a besoin d'apprendre à dire « s'il vous plaît » et « merci ». Peut-être que votre enfant de quatre ans est passé de dormir toute la nuit à se réveiller et à essayer de se coucher avec vous tous les soirs.

Peut-être que votre enfant de onze ans a besoin de rappels constants pour choisir la joie.

Peut-être que votre fille de quatorze ans a développé la mauvaise habitude de s'en prendre son acné.

Tous ces problèmes, bien qu'indésirables, ne sont pas dramatiques.

Le camp d'entrainement parental est parfait pour aider à corriger les mauvaises habitudes dans un laps de temps gérable et de manière durable.

Souvent, le plus gros blocage dans la résolution des comportements problématiques de nos enfants n'est pas le comportement lui-même du moins pas de leur part. C'est notre manque de suivi.


Je vais illustrer ce que je veux dire par un message que j'ai reçu d'une mère qui voulait savoir comment appliquer le camp d'entraînement à ses frustrations au coucher. Elle m'a dit que mettre ses quatre petits garçons au lit était assez épuisant en soi. Mais chaque soir, sans faute, ils sortaient à tour de rôle de leur chambre du haut avec des demandes d'eau, une demande de l'heure, ou une plainte d'avoir été battue ou prise en embuscade au lit.

"Juste au moment où j'ai enfin réussi à me détendre à la fin d'une longue journée, ils n'arrêtent pas de demander tout et n'importe quoi pour rester éveillés, et cela menace ma santé mentale", a-t-elle déclaré. J'ai reçu des dizaines de messages similaires et j'ai vécu exactement le même scénario chez moi, alors je lui ai demandé comment elle avait répondu. "Je leur crie d'aller me coucher d'en bas parce que je suis trop fatiguée pour me lever et m'en occuper. Mais cela aggrave généralement les choses." Encore une fois, je comprends.

Je pense que nous avons toutes traversé quelque chose de similaire en tant que mères. Mais la triste vérité est que nos enfants comprennent très rapidement quand nous sommes « trop fatigués pour nous lever et y faire face », et ils utiliseront cette connaissance à leur avantage chaque fois que possible.

Je lui ai demandé si elle était prête à essayer quelque chose de différent pendant une semaine, et elle m'a assuré qu'elle l'était. Voici les étapes que j'ai suggérées :

1. Préparez vos enfants à l'heure du coucher en leur faisant savoir exactement ce que vous attendez d'eux et ce qui se passera s'ils n'obéissent pas.

2. Rappelez-leur qu'une fois dans leur chambre, ils ne seront pas autorisés à sortir pour quelque chose qu'ils ont oublié, alors ils feraient mieux de faire XYZ maintenant. (Parfois, le problème est simplement que nos enfants facilement distraits ont de bonnes intentions mais deviennent tellement absorbés par leurs combats à l'épée à la brosse à dents qu'ils oublient la dernière gorgée d'eau de la journée, cette gorgée que chaque enfant du monde entier juge nécessaire à sa survie ; dans ce cas, c'est notre travail en tant que parents de rafraîchir leurs souvenirs.)

3. Tenez-vous devant leur porte et renvoyez calmement tout enfant qui tente de se frayer un chemin. 4. Punissez si l'agressivité pure et simple fait son apparition

Je lui ai donné ce conseil basé sur l'application exacte des mêmes étapes à des scénarios très similaires dans notre propre maison.

Je ne savais pas si elle donnerait suite, mais moins d'une semaine plus tard, j'ai reçu un autre message qui disait : « Ça marche ! Les deux premières nuits, j'ai dû rester debout à la porte pendant 30 minutes et les renvoyer au lit plusieurs fois. Mais après cela, je pourrais simplement les embrasser pour leur souhaiter bonne nuit, leur dire que je serais dehors, puis rester dans les environs pendant quelques minutes pour m'assurer qu'ils n'essaient pas de s'échapper. Je n'ai pas eu à faire n'importe quoi ces deux dernières nuits, et c'est incroyable à quel point notre routine nocturne est plus détendue." Elle a poursuivi en disant que ce n'était même pas si difficile, mais qu'elle avait évité de se tenir devant la porte pendant des mois parce qu'elle se disait qu'elle était trop épuisée pour monter les escaliers.


Le camp d'entraînement parental consiste autant à nous entraîner à travailler dur pour bien materner dans des scénarios intensifs qu'à façonner les habitudes de nos enfants. Lorsque nous ceignons nos reins spirituels avec le fruit de l'Esprit (notamment la patience, la gentillesse et la maîtrise de soi) et que nous pataugeons dans la mêlée de la correction des habitudes néfastes plutôt que de rester assis dans le désespoir, nous constatons que se sont améliorés non seulement le comportement de nos enfants mais aussi notre propre caractère. Parce que si nous sommes honnêtes, trop souvent, "je suis trop fatigué" masque notre propre manque de discipline ou de dévouement (demandez-moi comment je sais :) ).


Utiliser le discernement que Dieu nous a donné


Une chose que j'ai remarquée, c'est que de nombreuses mamans veulent une approche prescriptive pour lutter contre les comportements frustrants précis.

Imaginez à quel point il serait incroyablement pratique d'ouvrir notre sac magique pour animaux de compagnie et de sortir notre propre Mary Poppins personnelle pour débiter la recette parfaite pour apprivoiser les crises de colère, avec un accent britannique.


Mais les Écritures, en particulier les Proverbes, indiquent clairement que la parentalité est beaucoup plus une question de principes divins que de prescriptions exactes. Plus important encore, il souligne à quel point il est crucial de rechercher la vérité de Dieu au-dessus de celle de l'homme. Proverbes 26 (ESV) dit: "Car l'Éternel donne la sagesse; de ​​sa bouche sortent la connaissance et l'intelligence."


Oui, il est utile de tendre la main aux femmes qui sont plus loin sur la route de la maternité, mais il n'y a aucune garantie qu'elles auront rencontré une crise parentale exactement indentique ou même qu'elles auront des conseils judicieux sur ces particularités.


Nous devons développer l'habitude de supplier le Seigneur de nous montrer quels domaines nécessitent d'être abordé en s'y concentrant particulièrement et lesquels sont plus d'une situation "lente et régulière", une évolution naturelle.

Il ne manque jamais de nous donner la sagesse quand nous la demandons.


Quelques avertissements supplémentaires sur l'approche du camp d'entraînement :

1. Aucun de nous ne travaille plus de vingt-quatre heures par jour. Ainsi, peu importe à quel point il peut être tentant d'essayer de s'attaquer à plusieurs problèmes de "camp d'entraînement" à la fois, nous devons résister à cette envie pour le bien de notre santé mentale et de l'équilibre de notre ménage. Si nous ne cessons de ressasser un problème après l'autre toute la journée nos enfants commenceront à se sentir comme un projet à réparer plutôt qu'une source de joie.

Si vous sentez que vous pourriez gérer sept choses différentes à la fois : Respirez profondément. Ils seront toujours là quand vous aurez fini de former vos enfants à fermer la porte derrière eux. Ou ils y auront travaillé eux-mêmes d'eux-mêmes pendant que vous étiez concentré ailleurs.


2. Certains problèmes prendront plus d'une semaine à résoudre. Nous avons passé deux bonnes années à apprendre à l'un de nos garçons à gérer sa tendance à se transformer en "monstre de la rage" C'est parfaitement normal. Tous les nids-de-poule parentaux que nous rencontrons ne seront pas aussi facilement navigables que les précédents.

Mais Dieu, dans sa misericorde, est fidèle pour nous guider à travers chaque phase qui se présente à nous alors que nous nous tournons vers lui pour la sagesse et la force de survivre même aux semaines difficiles du camp d'entraînement parental.


AIDE-MÉMOIRE SUR LE CAMP D'ENTRAÎNEMENT PARENTAL

1. Expliquez ce que vous attendez de vos enfants pour ce travail.

2. Parlez souvent de l'objectif de cette semaine. Donnez beaucoup de rappels et d'encouragements. Gardez cette question au premier plan de vos remontrances quotidiennes.

3. Fournir un soutien pratique (se tenir à la porte de la chambre ...)

4. Disciplinez/félicitez immédiatement. une rétroaction rapide est la clé

MATERNITÉ MÉDIOCRE

Évite les problèmes de comportement chroniques

Pense que "difficile" est une bonne raison pour arrêter

Se concentre sur l'apitoiement sur soi


MATERNITÉ AJUSTÉE AU CHRIST

Aborde les mauvaises habitudes avec intentionnalité

Sait que "dur" n'est pas la même chose que "mauvais"

Se concentre sur ce qui est le mieux pour la famille dans son ensemble


Des mesures d'action •

Mémorisez et méditez sur Proverbes 29:17 (ESV) : « Discipline ton fils, et il te donnera du repos ; il réjouira ton cœur."


Prenez le temps d'évaluer les situations difficiles des enfants pour déterminer s'il s'agit simplement de phases ou de mauvaises habitudes à part entière.

Élaborez des stratégies parentales spécifiques de "camp d'entraînement" pour les domaines qui sont qualifiés de mauvaises habitudes.


QUESTIONS :

Qu'est-ce qui me retient pour traiter certains problèmes ? (peur, paresse, surmenage, distraction...)

Que suis-je prête à sacrifier pour aider mes enfants à surmonter leurs mauvaises habitudes ?

Qu'est-ce que le fait de m'atteler aux tâches compliquées de la parentalité dit (dans le sens qu'est-ce que ça leur permet d'apprendre) à mes enfants ?


PRIERE :


Seigneur, rien ne se compare à la souffrance de la croix. S'il te plait rend nous conscient des domaines qui nécessitent notre attention et donne nous la persévérance pour ne pas nous lasser de faire le bien. (Galates 6,9)




381 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout