M is for Mama chapitre 13

Cultiver une maison paisible


Le combat permanent n'a pas à être la norme.


Romains 12, 18 :

18 Autant que possible, pour ce qui dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes.

J'aime les mots : pour ce qui dépend de vous.

En d'autres termes, dire "c'est lui qui a commencé" ne fonctionne pas.

D'autant que le verset 17 dit :

17 Ne rendez à personne le mal pour le mal, appliquez-vous à bien agir aux yeux de tous les hommes.

Même si "c'est lui qui a commencé", la Bible dit très clairement que nous n'avons pas à répliquer.


C'est mon boulot que d'apprendre à mes enfants l'art de vivre en paix avec "tous les hommes". (Et oui les enfants, cela inclut vos frères et soeurs.)


Le monde nous dit que les enfants se battent naturellement, qu'on ne peut pas éviter les disputes. Et il y a une vérité la-dedans. Mais la une différence entre une maternité médiocre et une maternité ajustée au Christ c'est que la première accepte, et même rit, de l'inévitable, alors que l'autre crée des stratégies pour apprendre comme le surmonter, paisiblement, dans la force du Christ.


Jean 4. 1-3

Qu'est-ce qui cause des querelles et qu'est-ce qui cause des bagarres entre vous ? N'est-ce pas cela, que vos passions sont en guerre en vous ?... Vous couvrez et ne pouvez pas obtenir, alors vous vous battez et vous querellez. Vous n'avez pas, parce que vous ne demandez pas. Vous demandez et ne recevez pas, parce que vous demandez à tort, pour le dépenser dans vos passions.



Pourquoi se dispute-t-on ? Parce que nous sommes égoïstes et voulons ce que les autres ont.

L'une des choses sur lesquelles nous travaillons dès le plus jeune âge avec nos enfants est le concept de contentement et de gratitude pour ce que nous avons déjà. Avant d'entrer dans un magasin, nous informons nos enfants à l'avance de la raison pour laquelle nous sommes là et leur disons que même si nous serons tentés de vouloir à peu près tout ce qui nous saute aux yeux, nous ne céderons pas aux achats impulsifs. Cela fonctionne très bien pour les enfants plus âgés qui l'ont entendu pendant des années. Mais c'est vraiment un acte de persévérance avec des petits enfants.


Il peut sembler plus facile de simplement céder et d'acheter le bonbon, la poupée, la figurine ..., mais la vérité est que notre acquiescement constant entraîne nos enfants à vouloir quelque chose de différent et plus à chaque fois. nous entrons dans un magasin. Nous avons peut-être évité une catastrophe à la caisse, mais nous avons également nourri le "Monstre Encore" qui vit en chacun de nous et ouvert la voie à une future confrontation.

D'autre part, lorsque nous rappelons à nos enfants toutes les bonnes choses que nous avons déjà à la maison et que nous les encourageons à remercier Dieu ..., nous leur inculquons des habitudes de maîtrise de soi et de gratitude qui, lorsqu'elles sont soigneusement entretenues, s'épanouissent en générosité.


Bien sûr, ce n'est pas simplement notre convoitise qui nous cause des ennuis. Avez-vous déjà rencontré un enfant qui veut clairement quelque chose mais refuse de le demander ?

"Vous n'avez pas parce que vous ne demandez pas."

"Vous demandez et ne recevez pas parce que vous demandez mal."

Combien de fois avons-nous tous été témoins d'un combat "dites s'il vous plaît" ? Vous savez de quoi je parle : un enfant veut un verre de lait, et l'autre garde avec zèle la porte du réfrigérateur parce que son frère ne veut tout simplement pas « dire s'il vous plaît ».

Tant de frictions pourraient être évitées dans nos foyers si nous nous exprimions tous avec la même gentillesse et la même cordialité avec lesquelles nous aimerions qu'on s'adresse à nous. Et pourtant, dépasser ce morceau de fierté pour nous humilier devant nos pairs, qu'ils soient frères et sœurs, collègues, amis ou conjoints et simplement demander gentiment, plutôt que de prendre, peut nécessiter un effort monumental.


Et enfin, nous demandons et ne recevons pas parce que nous "demandons à tort, pour le dépenser sur [nos] passions" (Jacques 4: 3 ESV). Quand il s'agit de mes plus jeunes enfants, cela se manifeste souvent par la demande d'un enfant pour que la tête de Dark Vador soit placée sur le corps de son facteur, non pas parce que cela a du sens, mais parce que cela lui donne le contrôle sur la tête la plus convoitée de toute la boite de jeu.Ses passions égoïstes le poussent à créer des conflits même lorsqu'aucune logique n'existe dans la demande.

C'est ce que j'aime dans la Bible ! Ce n'est pas "seulement théorique", mais c'est aussi riche et nuancé dans son aspect pratique. Chaque fois que je le lis, je remarque quelque chose que j'ai raté les cinquante autres fois où j'ai lu le même passage. Ainsi, quand je vous dis que nos efforts pour créer la paix dans notre foyer commencent par les Écritures, ce n'est pas du tout une sorte de théorie philosophique éthérée. Grâce à Jacques 4, nous commençons par pratiquer le contentement et la gratitude pour ce que nous avons, ce qui nous aide à éviter de nous disputer avec notre frère simplement parce qu'il a quelque chose que nous voulons.


Et puis, si on en a encore envie ou besoin, nous le demandons avec des mots qui honorent et élèvent au lieu d'humilier et de démolir. Et enfin. lorsque nous recevons ce que nous avons demandé, nous l'utilisons correctement d'une manière qui glorifie Dieu. Ou du moins c'est le but. Et nous échouons souvent.

Mais permettez-moi de vous dire ceci : un effort juste et éclairé par les Écritures, même s'il est exécuté de manière imparfaite, produira toujours plus de paix qu'une apathie égoïste.


Bien sûr, toutes les dissensions ne proviennent pas d'un désir pour les choses. Parfois c'est le résultat de vieilles différences de personnalité. Quelques-uns de mes enfants s'entendent bien avec chacun de leurs frères et sœurs, peu importe la combinaison ou la situation. Quelques autres ont tendance à produire, dirons-nous, plus de feux d'artifice. Indépendamment des personnalités impliquées, cependant, nous insistons sur le fait que nous devons nous traiter les uns les autres avec respect et honneur. J'ai quelques enfants qui ont une fâcheuse tendance à rabaisser les frères et sœurs plus jeunes, et j'ai dû leur rappeler plus d'une fois qu'ils avaient autrefois l'âge de ce frère cadet et qu'ils avaient plusieurs des mêmes traits qu'ils trouvent puérils ou fatigant. Auraient-ils aimé être traités avec condescendance et dédain à cet âge ? Ou auraient-ils voulu de la compréhension et de l'abstention ? Nous connaissons tous la réponse, mais cela ne veut pas dire que nous n'aurons plus à prêcher cette vérité à nos enfants (et à nous-mêmes) jusqu'à ce que nous soyons tristes : « Ne faites rien par ambition égoïste ou vanité, mais en l'humilité comptez les autres plus importants que vous-mêmes" (Philippiens 2:3 ESV).


Cela peut être un mot dur pour un garçon de douze ans quand il s'agit de sa sœur de sept ans. Ou une maman quand il s'agit de son mari, qui dort plus qu'elle parce qu'il n'a pas le bon équipement pour nourrir le bébé. Ou que diriez-vous d'une jeune épouse quand il s'agit de sa belle-mère? Parce que toutes les confrontations dans une maison ne se présentent pas sous la forme de bagarres entre frères et sœurs, bien sûr. Et pourtant, nous devons tous (ahem) affronter plus de vérité de Philippiens 2 si nous voulons grandir dans la ressemblance à Christ et maintenir une atmosphère de paix dans nos maisons parce que le verset 14 dit que nous devons "tout faire sans murmurer ou nous disputer."

TOUT

Partager nos jouets. Faire la corvée de notre frère quand maman le demande. Faire notre 14 millionième collation de la journée. Frotter les toilettes. Faire les problèmes de maths. Renoncer à la tête de Dark Vador.




Faire du combat une non-option


Nos enfants n'ont pas à se battre constamment et la Bible nous donne des instructions claires sur la façon d'instaurer la paix dans nos foyers.

Tout comme pour tous les autres aspects de l'entraînement, leur apprendre à renoncer aux piques et aux disputes constantes nécessite d'abord de donner cet exemple vous-même, puis de l'appliquer systématiquement jour après jour.

"Commencez comme vous voulez continuer." En d'autres termes, si votre objectif est une maison paisible dès le début, il est impératif d'étouffer les querelles dans l'œuf avant qu'elles n'aient la chance de devenir une dynamique familiale bien rodée.

Lorsque la bagarre n'est pas une option dans nos foyers, nos enfants découvrent d'autres façons de communiquer leurs différences.

Je ne m'attends pas à voir les désaccords disparaitre, mais je m'attends à ce qu'ils soient capables de se débrouiller poliment, étant entendu que puisqu'ils n'aiment pas être agressés verbalement ou physiquement, ils n'infligeront pas le même traitement à leurs frères et sœurs.

C'est encore une autre application pratique de l'Ecriture, une exhortation du Christ lui-même à "faire aux autres ce que vous voudriez qu'ils vous fassent" (Matthieu 7:12).


Se souviennent-ils toujours de cette règle ? Nan. Mais quand ils oublient, il y a des conséquences à la fois appropriées et opportunes. Pour les petits enfants, cela signifie souvent du temps passé seul dans leur chambre, car ceux qui traitent les autres avec méfiance renoncent au privilège d'être entourés d'autres, du moins pendant un certain temps. Pour mes enfants plus âgés, le Penny Reward System les aide à rester sur la bonne voie. Comme je l'ai déjà dit, leur méthode préférée d'échange d'un sou consiste à payer le "temps de repos" le samedi soir. Et puisque le moyen le plus rapide de gagner un sou est la gentillesse spontanée en paroles ou en actes, le moyen le plus rapide d'en perdre un est de se battre. Après tout, qui veut veiller plus tard avec un frère querelleur ?


Nous soulignons également que nous nous traitons les uns les autres comme nous aimerions être traités, non seulement pour notre propre bénéfice ou pour gagner des privilèges, mais parce que c'est le principal moyen de montrer aux membres de notre famille et aux autres notre amour pour Christ. "A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres" (Jean 13:35 ESV) devrait commencer par les membres de notre propre famille. Ainsi, lorsque j'exhorte mes enfants à "être une bénédiction" les uns pour les autres alors que tout le monde s'énerve ou que l'adolescent est très hargneux, je leur demande souvent pourquoi nous aimons les autres, ce à quoi ils sont connus pour répondre avec à contrecœur "parce qu'il nous a aimés le premier" (1 Jean 4:19).

À contrecœur non pas parce qu'ils ne croient pas que c'est vrai, mais parce que c'est tellement vrai qu'il n'y a aucune marge de manœuvre pour faire des excuses ou blâmer.


Je ne me fais aucune illusion sur le fait que nous éliminerons jamais toute forme de conflit dans notre maison. Nous ne serons pas guéris de l'envie "d'avoir raison quoi qu'il arrive" tant que nous n'aurons pas atteint le ciel. Mais suivre les préceptes des Écritures permet de créer un environnement de camaraderie et d'encouragement constants, et je suis toujours réconforté lorsque j'entends des paroles de louanges authentiques et spontanées couler de la bouche de mes enfants.


Bien sûr, l'un des outils les plus importants qui aide à créer une atmosphère de paix dans notre maison implique quelque chose que nous ne faisons pas. Et qui vient des Écritures. J'en parlerai davantage dans le prochain chapitre, mais disons simplement qu'il est beaucoup plus facile d'« être gentil » avec ses frères et sœurs lorsque l'on remplit son esprit et son cœur d'exemples de bonne volonté plutôt que de moqueries et de méchanceté


RESUME


Maternité Mediocre

Hausse les épaules devant la "réalité" que les enfants se battent naturellement.

Faire face aux conflits à la maison, en contentant d'être narquois.

Utilise le harcèlement et la corruption pour parvenir à une paix temporaire

Maternité ajustée au Christ

Croit que bien que tous les enfants puissent se battre, cela n'a pas à être un état de fait permanent.

Reconnaît que les Écritures l'emportent toujours sur le sarcasme.

Se concentre sur le traitement de la "question du cœur" dans les conflits


ACTIONS

Mémoriser et méditer

Proverbes 17.1 : Mieux vaut du pain sec, et la paix, qu’une salle de banquet pleine de discorde.


Faire une réunion de famille pour poser à plat la façon dont nous voulons traiter les conflits entre frères et soeurs à venir. Soyez précis sur ce que vous entendez par chamailleries ou méchanceté dans votre maison.


Adopter un systeme comme le Penny Reward System (chapitre 11) qui aidera vos enfants à faire attention à leurs paroles et à leurs actes puisque vous les récompensez ou les punissez.


QUESTIONS

Est-ce que j'en suis venue à croire que la bataille est inévitable? Pourquoi?


Quels sont les causes que je repère quand la méchanceté est en hausse à la maison ?


Comment puis-je expliquer que "nous aimons parce qu'il nous aimé le premier" ?


PRIERE :

Seigneur, nous sommes bien trop doués pour faire "ce qui semble juste à nos yeux". (Juges 21.25) sans faire attention à la façon dont cela affecte les autres.

Aide-nous à donner l'exemple en traitant les autres comme nous voudrions être traités, et à être vraiment en paix avec nos familles et au-delà.





430 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout